jeudi 20 décembre 2012

Aider les prêtres ...


Père de six enfants, dont un actuellement à Rome au séminaire international Sedes Sapientae, Monsieur Boutin a bien voulu se confier au sujet de la vocation de son fils.
 

Quel est votre regard de père sur la vocation de votre fils ?


 Je suis très admiratif et fier de son choix : c’est une voix difficile car comme il est dit dans l’évangile « le Christ n’a pas d’endroit où reposer la tête » et la vocation du prêtre c’est être un autre Christ, s’identifier de plus en plus à Notre Seigneur.

Librement, il prend donc le choix de ne pas se marier, de ne pas fonder une famille, de vivre concrètement le détachement des biens matériels et des joies de la vie.

Je suis très heureux pour lui car on voit concrètement que c’est ce chemin qui le comble et qui le rend heureux !

 
 

A votre avis, que faut-il faire pour soutenir les vocations dans le contexte actuel ?


 Je pense qu’il faut beaucoup entourer les jeunes qui se lancent dans cette voix.

Depuis qu’il est rentré au séminaire, j’ai des rapports plus profonds avec mon fils et je me sens que mon rôle de père est réellement important et que j’ai une responsabilité particulière à son égard pour le développement et l’épanouissement de sa vocation.

Je prie plusieurs fois par jour pour lui à la messe ou en récitant le chapelet et également chaque matin au réveil car nous nous levons à peu prés au même moment bien que nous habitions à 2.000 kms de distance.

Je lui téléphone toutes les semaines et nous passons un long moment ensemble où il me raconte ce qu’il fait et ses états d’âme ; souvent il me demande des conseils sur telle ou telle question. Parfois, je lui donne mon avis sur les activités qu’il veut entreprendre ou il me demande des conseils sur les choix de son emploi du temps. Il accepte sincèrement les remarques que je peux lui faire ; il tient compte de mon avis.

Je pense que pour une vocation de prêtre séculier, la famille est très importante.

En effet, mon fils aime beaucoup se retrouver dans l’ambiance familiale, venir passer quelques jours en vacances avec nous. Il a besoin de sentir la chaleur d’un foyer qu’il n’a pas dans sa paroisse.

Je demande au Seigneur d’avoir une longue vie pour pouvoir le soutenir le plus longtemps possible.

Il a également besoin de sentir que nous adhérons complètement à sa vocation et il souhaite que nous assistions à toutes les cérémonies qui émaillent sa vocation.
 
En retour, il est très reconnaissant de notre amour conjugal et il en parle souvent en nous remerciant ; je pense donc que le mari et la femme doivent être très unis et fidèles pour encourager les vocations de prêtres.

Il est fondamental que la famille soit et demeure « un foyer lumineux et joyeux » pour aider les prêtres à avoir une vocation épanouie et sereine.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire