mardi 26 février 2013

L'admiration de saint Joseph


 

L'évangile de saint Luc, dans ses récits sur l'enfance du Christ, note à trois reprises que Marie et Joseph ont été frappés d'admiration: après la visite des bergers à Bethléem, dans le rite de la présentation au temple et enfin, encore à Jérusalem, lorsqu'ils ont retrouvé Jésus, âgé de 12 ans.



Ils ont découvert de nouveaux horizons dans le parcours terrestre du Fils de Dieu.

 


On est admiré devant ce qui dépasse notre compréhension ou nos attentes, notamment devant la grandeur des œuvres et des paroles de Dieu.  

 

Lorsque Dieu se manifeste à travers les gestes humains de son Fils, on ressent la grandeur de Quelqu'un qui s'approche de nous et cherche notre réponse; il a le droit de nous demander la foi amoureuse, sans nous écraser par sa présence.

 

carême - saint joseph - admiration - père - Jésus
Rembrandt van Rijn, dans sa jeunesse, à propos de la présentation de Jésus au temple, a su exprimer l'admiration de l'une des protagonistes : la prophétesse Anne ; une dame âgée, forte dans son espérance, ayant eu une longue expérience de la méditation des prophètes, de la patience et des souffrances de son peuple. Finalement, elle découvre le Messie attendu. Le visage d'Anne, dans le tableau du Hollandais, rayonne de joie, comme reflétant la lumière de la foi. Elle a vécu de la foi en l'attente; désormais elle est comblée par la contemplation du visage du Sauveur. 

 

L'itinéraire spirituel de Joseph a eu sans doute une intensité d'admiration encore plus grande. 

 

St José-Maria commentait (QCP §54):  " Pour saint Joseph, la vie de Jésus fut une continuelle découverte de sa propre vocation...  Joseph est surpris, il s'étonne. Peu à peu, Dieu lui révèle ses desseins, et il s'efforce de les comprendre. Comme toute âme qui veut suivre Jésus de près, il découvre tout de suite qu'il n'est pas possible de marcher avec nonchalance, qu'il n'y a pas de place pour la routine. S'arrêter à un certain niveau et se reposer sur ses lauriers ne satisfait pas Dieu ".

 
Joseph,  toujours en éveil, garde son âme  jeune pour apprendre.

Par l'abbé Fernandez.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire