mercredi 13 mars 2013

Un appel a l'espérance



Xavier, à droite.
Je m’appelle Xavier Carbonell. Espagnol d’origine mais français de cœur ! J’ai en effet emménagé à l’âge de 10 ans à ST Germain en Laye avec ma famille. Nous sommes huit enfants. J’ai l’honneur d’être le 3ème dans une série de 4 garçons et 4 filles.
Je suis ingénieur Supélec, avec un master en aérodynamisme et mécanique des fluides auprès de l’Imperial College de Londres.



Je suis venu à Rome faire des études de théologie après deux années de travail chez Cap Gemini et Airbus à Toulouse, je fais à présent une licence en théologie spirituelle à l’Université pontificale de la Sainte Croix.
Je suis venu me former à Rome dans le but très clair de pouvoir, dans un futur proche, transmettre tous ces trésors d’enseignement et de sagesse. L’Opus Dei, à qui a été confié l’université, a en effet pour mission de rappeler l’appel Universel à la Sainteté et à l’apostolat, et en particulier d’enseigner à le vivre dans le monde : au travail , dans les relations sociales, auprès de la famille. Ma formation en théologie est donc toute entière au service de cette tâche catéchétique de l’Opus Dei auprès des laïcs.
Et je tiens à dire que je suis pleinement conscient des efforts que suppose le financement de mes études. Je voulais saisir cette opportunité pour remercier chaleureusement DPTN (Des prêtres pour toutes les nations, www.dptn.org ) et tant de donateurs anonymes, qui rendent cette formation possible ; et envers qui je me sens si redevable !  J’envisage donc cette période d’études intenses, avec la conscience claire de ma responsabilité : me former pour pouvoir par la suite former d’autres !
En même temps, la vie à Rome va bien au-delà des études institutionnelles : c’est toute une ambiance d’universalité, de catholicité que l’on expérimente au jour le jour. On vient à Rome pour devenir romain, pour apprendre à vivre notre Foi avec un cœur universel. A l’université et surtout dans ma résidence d’étudiants, je vis tous les jours cette catholicité : nous venons de partout dans le monde, nous sommes très différents et cependant nous avons tous à cœur ce même désir de connaitre davantage notre Foi, pour pouvoir redonner ce trésor qu’on a la grande chance d’avoir reçu.

--------------------------

L’audience du 27 février 2013


J’ai en effet eu la grande chance de faire partie ce mercredi 27 février 2013, de cette foule immense de privilégiés qui ont pu assister à la dernière catéchèse de Benoit XVI.
On attendait avec impatience ce moment depuis qu’on avait appris le 11 son intention de renoncer à son Pontificat le 28 février. C’était l’occasion pour nous de venir lui manifester une fois de plus tout notre soutien, notre gratitude, mais surtout notre amour filial.
Assumer la direction de la barque de Pierre, à son âge, et après tant d’années si intenses de service, c’était dès le début une démonstration très claire de ce qu’est véritablement servir. Les sept années, presque huit, de son pontificat nous en ont donné une confirmation quotidienne. Si dans un premier temps, la nouvelle nous avait quelque peu surpris, on se rendit ensuite compte qu’une décision de cette ampleur, vécue avec une telle sérénité, ne pouvait être que le fruit de sa prière. Elle manifestait  une fois de plus son intention de servir l’Eglise de toute sa personne.
Je me rendais donc Place St Pierre avec le vif désir de lui manifester toute notre reconnaissance. J’y allais conscient de représenter, dans ma démarche, des milliers d’autres catholiques qui n’avaient pas la chance de pouvoir être présents.
Un grand applaudissement a accompagné l’arrivée du St Père. La foule se tassait autour des allées où il allait passer. Nous tenions tous à le saluer une dernière fois. Ce furent des moments de grande émotion : applaudissements, bannières de remerciements, drapeaux, dont de nombreux français, s’agitaient autour de la Papamobile qui passait tranquillement. Le soleil aussi, qui ne s’était pas montré depuis bien des jours, faisait son apparition bien haut dans le ciel. 
Sur les pancartes on voyait s’afficher des messages tels que : « Un grand merci Sainteté ! », « Rappelez-vous, vous n’êtes pas seul ! », « L’humilité d’un homme, la grandeur d’un Pape »…
Une foule immense remplissait place St Pierre, débordant presque entièrement sur la Via della Conciliazione. Nous tenions tous à être présents.
Le St Père a remercié de tout cœur les fidèles venus en masse lui manifester son soutien, parce qu’il voyait en eux « l’Eglise vivante ». J’ai depuis lu et relu son dernier message ; et j’invite de tout cœur les lecteurs de ce blog à faire de même. C’est un véritable joyau d’humilité et de Foi, un appel à l’espérance fermement ancrés dans la prière. (Site du Vatican).
Malgré le nombre, on se sentait vraiment en famille. Le St Père ouvrait son cœur et expliquait, avec grande simplicité et une Foi immense les motifs de son geste : « Aimer l’Église signifie aussi avoir le courage de faire des choix difficiles, douloureux, en ayant toujours à cœur le bien de l’Église et non de lui-même ». Il ne nous abandonnait pas, il « n’abandonnait pas la Croix», il restait au service de l’Eglise au travers de sa prière. Puis son invitation à prier davantage : pour sa personne, les cardinaux et le futur Pape, pour l’Eglise entière ; avec « la joyeuse certitude que le Seigneur est à nos côtés ».
Tout au long de son discours, les applaudissements se multipliaient. A la fin, ce fut une explosion d’applaudissements qui semblait ne pas vouloir finir. Nous étions si bien Place St Pierre. Personne ne voulait que se termine cette réunion de famille, si nombreuse, et ô combien chaleureuse et intime.
Le St Père s’est à présent retiré ; son invitation à la prière, à vivre de Foi, spécialement au cours de ces jours de Conclave, demeure. Un grand merci donc à Benoit XVI, pour ces sept ans de pontificat, pour cet exemple de service et de don de soi. Un grand merci au Seigneur pour ce grand don qu’il a offert à son Eglise.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire