mardi 9 avril 2013

Aider les âmes à retrouver Dieu


Nous prêtres, nous avons une lourde responsabilité envers les âmes.

Elles cherchent Dieu.


Un dimanche après midi, après un long pèlerinage à Paray-le-Monial et à Cluny, j’ai été à Taizé par curiosité pour voir ce qui s’y passe. Interrogeant certains jeunes sur l’esprit de Taizé, ils répondaient tous, de manière consciente ou non, qu’il s’agit d’un lieu de rassemblement de toutes les confessions religieuses et de toutes les nations. Lieu de prière et de découverte de soi. Il me passait en tête de demander s’il y avait quelqu’un d’Haïti. Voilà ! A mon grand étonnement, il y avait une dame haïtienne.

Ainsi, au cours de notre conversation, je lui ai demandé : Qu’est-ce que vous faites concrètement à Taizé, une terre si loin d’Haïti notre patrie ? Qu’est-ce qui vous a emmené jusqu’ici ? D’un aire toute triste, elle m’a répondu : « Durant le tremblement de terre, j’ai tout perdu. Je me trouve dans une situation très confuse. J’ai perdu mes deux enfants, ma maison, mon emploi. Il ne reste que moi et mon âme à sauver. Je cherche Dieu. Je cherche la paix intérieure et la sérénité ». Vous ne pouvez imaginer, croyez-moi, combien cette réponse m’a laissé perplexe ! Répétant au tréfonds de moi-même "chercher Dieu, chercher la paix", je me suis dit : Pour quoi est-elle obligée de venir si loin dans un tel endroit pour chercher Dieu et la paix avec tout le vacarme qu’il y a ?

Sans trop m’interroger, arrivé à la maison, j’ai remercié le Bon Dieu qui m’a permis de rencontrer cette dame pour me faire prendre conscience de la beauté et de la responsabilité de mon ministère sacerdotal. A la lumière de cette soif de Dieu, de cette soif de paix intérieure de cette dame, je vois combien il m’est important de redéfinir ma vie de prêtre pour qu’elle devienne au jour le jour un don total au Seigneur. Oui ! Comme Sainte Thérèse de Lisieux, conscient du besoin de l’Eglise d’aujourd’hui et des âmes qui me sont confiées en charge pastorale, je dois découvrir que ma vocation n’est pas celle d’être prêtre mais d’être avant tout " l’amour au cœur de l’Eglise notre mère ". Je veux me convaincre que ma vraie mission de baptisé et de prêtre, n’est autre que de donner Dieu à ceux qui Le cherchent avec un cœur pur et sincère, d’aider les âmes à retrouver Dieu, Source de toute espérance. Oui ! Je crois et j’affirme que nous prêtres, nous avons une lourde responsabilité envers les âmes. Elles cherchent Dieu. Elles attendent que nous leur donnions Dieu ; non pas le Dieu de nos caprices et de nos sentiments mais le Dieu qui se révèle en Jésus Christ. Le Dieu qui vient à la rencontre de l’homme. Le Dieu qui aime et qui défend la dignité de l’homme, « l’unique créature que Dieu ait voulue pour elle-même » (GS, 24).

Chercher DIeu - DPTN - Prêtres - Mission
Séminaire Sedes Sapientae - Rome - DPTN
Comme vous pouvez le constater, cette anecdote ne conduit pas au divertissement mais à un examen de conscience, ou mieux à une prise en charge de notre mission de prêtre et de chrétien engagé dans la vigne du Seigneur. Que l’on soit prêtre ou laïc, nous devons tous prendre conscience que le monde a soif de Dieu. Il nous demande Dieu. Il veut voir Dieu en nous. Et nous devons Le lui donner. 


C’est pour cette raison que nous devons, comme l’a si bien recommandé Saint Josémaria, apprendre à aimer passionnément le monde sachant que Dieu nous appelle tous à la sainteté. Une sainteté qui exige la sanctification du quotidien. De surcroît, il faut que nous nous armions davantage – à l’instar de St Paul – pour défendre le Christ et son Evangile, afin que nous ne donnions à personne aucun sujet de scandale et que la Croix glorieuse du Christ ne soit pas décriée (cf. 2 Co 6, 3). Faisons donc de notre vie un vrai chemin d’évangélisation et de rencontre avec Dieu ! Par notre façon de dire et de faire, permettons à ceux qui cherchent Dieu de Le trouver et de L’adorer !

Par l'abbé Jean-Rodney Brevil

Aucun commentaire:

Publier un commentaire