lundi 27 mai 2013

Une bible dans chaque foyer

Le susurrement de l’Esprit


Dans la sainte montagne, Élie perçut la présence divine, « après le feu, comme le bruissement d'un souffle ténu » (1 Rois 19, 12). Le même Esprit, qui a parlé une fois pour toutes par le Fils (Hébreux 1, 2), poursuit son dialogue de salut. Son souffle éloquent rénove le monde.

Esprit Saint - Bible - Christ - DPTN
Charles Le Brun, disciple de Poussin et premier peintre de Louis XIV, a laissé une splendide Descente du Saint Esprit (1654, Louvre) sur l’Église naissante. Le Paraclet « soutient et inspire l’Église dans sa tâche d’annoncer la Parole de Dieu et dans la prédication des apôtres » (Benoît XVI, exhortation La Parole du Seigneur §15).

Le Consolateur est le grand Communicateur qui remplit Jésus, Auteur de notre foi. Dès l’âge de douze ans, Jésus fait preuve d’être poussé par l’Esprit Saint. Au milieu d’une nuit de printemps, bercée de brises insaisissables, le Christ compare la voix de l’Esprit au «  vent qui souffle où il veut » (Jean 3, 8).  Le Sauveur cherchera avec soin des images et des mots éclairants, le ton juste : « A quoi allons-nous comparer le Royaume de Dieu, ou par quelle parabole allons-nous le représenter ? (Marc 4, 30). L’Esprit guide l’âme du Christ, pour qu’il atteigne notre niveau d’écoute.

Après les fulgurations du Jourdain et du Thabor, l’Évangile devient nourriture à Emmaüs.  Le Ressuscité, par la force de l’Esprit, dévoile aux hommes le sens de son œuvre et les transforme : « Car la parole de Dieu est vivante, agissante, plus acérée qu'aucune épée à deux tranchants » (Hébreux 4, 12).

L’Esprit du Verbe vivifie la liturgie, la catéchèse et les multiples œuvres de miséricorde. Il anime les membres de l’Église dans la prière, dans les ministères, « dans la vie apostolique et missionnaire » (Catéchisme §688).

Chaque saint est comme un rayon de la Sagesse divine ; la Vierge Marie, qui en est le siège, montre cet éclat dans son Magnificat. « La prière comme requête, intercession, action de grâce et louange, est la première manière par laquelle la Parole nous transforme » (Benoît XVI, ibid. §87).

D’anciennes prières, en guise d’épiclèse, invoquent l’Esprit avant les lectures bibliques : « Envoie ton Esprit Saint Paraclet dans nos âmes et fais-nous comprendre les Écritures qu’il a inspirées ; et concède-moi de les interpréter de manière digne, pour que les fidèles ici réunis en tirent avantage » (Benoît XVI, ibid. §16).

L’Église souhaite vivement qu’il y ait une Bible dans chaque foyer. Nous essayons de nous rapprocher au quotidien de cette source de vérité et d’amour, pour l’accueillir, dociles, avec le même esprit qui l’a dictée. Tâchons de savourer chaque matin, avant d’affronter le travail, au moins une page du Nouveau Testament.

L’Esprit, divin Témoin du Fils, imprime en nous l’image et le message. « La lettre du Christ  est écrite avec l’Esprit du Dieu vivant, non sur des tables de pierre, mais sur des tables de chair, sur les cœurs » (2 Corinthiens 3, 3).

Par l'abbé Fernandez.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire