jeudi 6 juin 2013

Fête du Sacré Coeur de Jésus, Journée mondiale de prière pour la sanctification des prêtres (1/2)

Piacenza - Vocations - Prêtre - Mère des prêtres


Pour la fête du Sacré Cœur de Jésus, nous célébrons la Journée mondiale de prière pour la sanctification des prêtres. 


Aujourd’hui et demain, vous trouverez quelques extraits de la lettre que le Cardinal Piacenza, préfet de la Congrégation pour le Clergé, a écrite aux prêtres et amis en mettant en avant la nouvelle Évangélisation,  la transmission de la Foi et les Sacrements de l’Eucharistie et du pardon. 

Que ces mots nous aident à prier pour eux et à les soutenir ! (1/2)



" S’il est vrai que l’invitation du Seigneur à « demeurer dans son amour » (cf. Jn 15,9) vaut pour tous les baptisés, le jour de la fête du Saint Cœur de Jésus il résonne avec une force nouvelle en nous, prêtres. Comme nous l'a rappelé le Saint-Père à l'ouverture de l'Année sacerdotale, en citant le saint Curé d'Ars, « le sacerdoce est l'amour du Cœur de Jésus » (cf. Homélie lors de la célébration des Vêpres de la Solennité du Très Saint Cœur de Jésus, 19 juin 2009). De ce Cœur – et nous ne devons jamais l'oublier – a jailli le don du ministère sacerdotal.

Nous avons expérimenté que le fait de « demeurer dans son amour » nous pousse avec force vers la sainteté. Une sainteté – nous le savons bien – qui ne consiste pas dans l’accomplissement d’actions extraordinaires mais dans le fait de permettre au Christ d'agir en nous et d’adopter ses attitudes, ses pensées, ses comportements. Notre sainteté se mesure à la stature que le Christ atteint en nous, à la façon dont, avec la force de l'Esprit saint, nous modelons sur Lui toute notre vie.

Nous, prêtres, nous avons été consacrés et envoyés pour rendre actuelle la mission salvifique du Divin Fils incarné. Notre fonction est indispensable pour l'Église et pour le monde et exige de nous pleine fidélité au Christ et union incessante avec Lui. Ainsi, en servant avec humilité, nous sommes des guides qui conduisent à la sainteté les fidèles qui ont été confiés à notre ministère. (…)

Dans l'Année de la Foi

Dans cette perspective, la Congrégation pour le Clergé adresse cette lettre à tous les prêtres du monde pour les aider tous, mais chacun individuellement, à revivifier leur engagement à vivre l'événement de grâce dans lequel ils sont appelés, à être, en particulier, des agents et des animateurs diligents pour une redécouverte de la foi dans son intégrité et dans tout son attrait, à considérer donc que la nouvelle évangélisation a pour orientation la transmission de la foi chrétienne dans son authentique simplicité. (…)

C'est pourquoi  « la Résurrection du Christ est notre plus grande certitude ; c’est le trésor le plus précieux ! Comment ne pas partager ce trésor, cette certitude, avec les autres? Elle n’est pas seulement là pour nous, mais pour qu’on la transmettre, qu’on la donne aux autres, la partage avec les autres. C’est précisément là notre témoignage » (LE PAPE FRANÇOIS, Audience générale, 3 avril 2013).

Nous devons, en tant que prêtres, nous préparer à guider les autres fidèles, à aider leur foi à mûrir. (…) De son "ouverture" à être signe et instrument de la grâce divine, dépend pour finir non seulement la sanctification du peuple qui lui a été confié mais aussi l'orgueil de son identité : « Le prêtre qui sort peu de lui-même, qui oint avec parcimonie − je ne dis pas « jamais » car, grâce à Dieu, les fidèles nous "volent" l’onction −, perd le meilleur de notre peuple, ce qui est capable d’allumer la partie la plus profonde de son cœur de prêtre. Celui qui ne sort pas de lui-même, au lieu d’être un médiateur, se convertit peu à peu en intermédiaire, en gestionnaire. Nous connaissons tous la différence : l’intermédiaire et le gestionnaire "ont déjà reçu leur récompense", et comme ils ne paient pas de leur personne, ni de leur cœur, ils ne reçoivent pas non plus un remerciement affectueux qui vient du cœur. De là vient précisément cette insatisfaction chez certains qui finissent par être tristes, des prêtres tristes et convertis en une sorte de collectionneurs d’antiquités ou de nouveautés au lieu d’être des pasteurs pénétrés de "l’odeur des brebis̶  cela je vous le demande : soyez des pasteurs avec "l’odeur des brebis", que celle-ci se sente ; au lieu d’être des pasteurs au milieu de leur troupeau, et des pêcheurs d’hommes » (Idem Homélie de la Messe chrismale, 28 mars 2013).

Transmettre la foi

 « Donc, la foi grandit et se renforce seulement en croyant ; il n’y a pas d’autre possibilité pour posséder une certitude sur sa propre vie sinon de s’abandonner, dans un crescendo continu, entre les mains d’un amour qui s’expérimente toujours plus grand parce qu’il a son origine en Dieu » (Porta Fidei, n° 7). Qu’après des années de ministère sacerdotal qui a comporté fruits et difficultés, le prêtre puisse dire avec saint Paul : « J’ai procuré l’accomplissement de l’Évangile du Christ ! » (Rm 15,19 ; 1Co 15, 1-11 ; etc.).

Collaborer avec le Christ à l’œuvre de transmission de la foi, c’est la tâche de tout chrétien qui se fait par le biais d’une coopération caractéristique de fidèles ordonnés et de fidèles laïques dans la sainte Église. Cet heureux devoir implique deux aspects profondément unis : le premier, l’adhésion au Christ, ce qui veut dire Le rencontrer personnellement, Le suivre, avoir un rapport d’amitié avec Lui, croire en Lui. (…)

Le second aspect du caractère missionnaire de la transmission de la foi consiste dans l’accueil joyeux des paroles du Christ, des vérités qu’elles nous enseignent, des contenus de la Révélation. (…)

Les contenus de la foi

Le Catéchisme de l’Église catholique que le Synode extraordinaire des Évêques de 1985 souhaitait pour en faire un instrument au service de la catéchèse et à la réalisation duquel a collaboré tout l’Épiscopat  ̶  illustre pour les fidèles la force et la beauté de la foi.

Le Catéchisme est un fruit authentique du Concile œcuménique Vatican II et rend plus facile le ministère pastoral : homélies attrayantes, incisives, profondes, solides ; cours de catéchèse et de formation théologique pour adultes ; préparation des catéchistes, formation des différentes vocations dans l’Église, particulièrement dans les séminaires. (…)

Dans le climat relativiste actuel, il semble opportun de souligner combien est importante la connaissance des contenus de la véritable doctrine catholique, connaissance inséparable de la rencontre avec d’attirants témoignages de la foi. (…)

En ce sens, l’Année de la Foi est une occasion particulièrement propice pour un accueil plus attentif des homélies, des catéchèses, des allocutions et des autres interventions du Saint-Père. Pour beaucoup de fidèles, avoir à sa disposition les homélies et les discours des audiences sera une grande aide pour transmettre la foi à d’autres. (…)

Grandir dans la foi


Jésus invite à sentir que nous sommes enfants et amis de Dieu : « Je vous appelle amis car tout ce que j’ai appris de mon Père, je vous l’ai fait connaître. Ce n’est pas vous qui m’avez choisi ; mais c’est moi qui vous ai choisis et vous ai institués pour que vous alliez  et que vous portiez du fruit et un fruit qui demeure ; alors tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous l’accordera » (Jn 15,15-16). "

Aucun commentaire:

Publier un commentaire