jeudi 2 février 2012

Présentation de Jésus au Temple






La présentation de l'enfant Jésus au temple, bien que très discrète, n'en demeure pas moins une fête pleine d'enseignements pour chacun de nous. Je vous propose quelques éléments de réflexion sur l’Évangile de ce jour.



La fête que nous célébrons aujourd’hui, la Présentation de Jésus au Temple, est communément appelée la chandeleur, car la cérémonie commence souvent par une procession d’entrée dans l’église avec des cierges. Ces cierges représentent le Christ, que Syméon appelle : la « lumière pour éclairer les nations ».

Cette fête comprend aussi la Purification de la Vierge Marie. Ce rite de purification était une prescription légale imposée aux femmes qui venaient d’avoir un enfant. En effet, une femme qui avait accouché était considérée comme impure, non en raison d’une faute commise, mais en raison de l’accouchement, et ce rite la libérait de cette impureté.

Ce terme de purification peut nous surprendre : comment la Vierge Marie, l’Immaculée, peut-elle avoir besoin de se purifier ? Si elle s’est rendue au Temple de Jérusalem, ce n’est pas pour être purifiée, car elle est tout-pure aux yeux de Dieu. Elle s’y est rendue par obéissance à la loi de Moïse, qui exigeait la consécration du nouveau-né à Dieu, et son rachat à travers le sacrifice d’animaux, comme des moutons ou des tourterelles. Cette consécration à Dieu avec le sacrifice d’animaux avait son origine dans l’offrande à Dieu d’Isaac, dont le sacrifice fut remplacé par celui d’un bélier. Pendant des siècles, les juifs ont agi de cette manière.

Mais dans le cas de Jésus, ce rite a une valeur plus profonde : en effet, il annonce le sacrifice de Jésus en vue de la rédemption des hommes. Marie ne se contente pas de racheter Jésus, comme le signifiait le rite juif, mais elle a « présenté » son Fils dans le Temple, en vue de sa Passion future. Et cela, deux personnes inspirées par l’Esprit Saint l’ont discerné : le vieillard Syméon et la Prophétesse Anne. Après avoir parlé de Jésus comme lumière des nations, Syméon annonce à Marie que son cœur sera transpercé. C’est là une annonce de la Passion future, du sacrifice rédempteur du Christ. Ce ne sont pas les sacrifices d’animaux qui peuvent libérer du péché, mais le seul sacrifice du Christ dont on fait le mémorial dans la Messe.

A ce sujet, la lettre aux Hébreux que nous avons écoutée, affirme que le Christ est le « grand prêtre miséricordieux et digne de confiance, capable d’enlever les péchés du peuple ». Le prêtre a pour fonction essentielle d’offrir un sacrifice en faveur du peuple. Le Christ est donc non seulement le grand prêtre mais aussi la victime offerte pour le salut des hommes. C’est là le culte de la Nouvelle Alliance, et les prêtres reçoivent leur sacerdoce du Christ, Prêtre éternel.

Aujourd’hui, nous célébrons également la journée spéciale de la vie consacrée, instituée par Jean-Paul II en 1997. L’offrande du Christ au Temple est comme un modèle de toute consécration. Et nous pouvons l’étendre à la vocation chrétienne en général. Nous sommes tous appelés, en vertu de notre baptême, à offrir à Dieu notre vie, à nous efforcer de réaliser toutes nos actions par Amour pour Lui et pour notre prochain.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire