jeudi 3 mai 2012

Pourquoi hésiter ?


Le Père Xavier Michaux, vicaire dans une paroisse du diocèse d'Aix-en-Provence et d'Arles et aumônier de plusieurs collèges, a bien voulu nous dire comment étaient vécus les temps de prière pour les vocations.     
" La Journée Mondiale de prière pour les Vocations est l'occasion annuelle qui nous permet de revivifier la prière des chrétiens pour qu'il y ait des vocations dans notre paroisse : Il faut prier le maître de la moisson !

Cette journée, nous permet aussi d'expliciter ce qu'est une vocation, de décrire les besoins actuels de l'Eglise, de détruire quelques a priori.
Dans la relation chrétienne qu'un homme peut établir avec Dieu, l'amitié grandit et s'épanouit dans la réalisation de la Volonté de Dieu. Comme dit Jésus," Il ne suffit pas de me dire Seigneur, Seigneur, Il faut faire la volonté de mon Père ". Chacun accueille ce " faire la volonté du Père " de façon unique et le concrétise dans des appels quotidiens, hebdomadaires, mensuels, ou pour toute une vie.

Nous parlons de vocation pour ces appels qui englobent toute une vie ou une partie conséquente de celle-ci. Dieu appelle à réaliser le Royaume des Cieux, et si nous sommes fidèles à ces appels spécifiques, l'Eglise grandit et le réalise. Selon les époques, les défis auxquelles l'Eglise est confrontée sont différents et l'Esprit-Saint fait comprendre aux uns et aux autres comment faire pour les affronter et les dépasser au service de l'unique dessein de Salut de Dieu pour l'humanité. Certains reçoivent le don de soigner ou soutenir les pauvres, d'autres celui de rendre compte de l'Espérance de l'Eglise par la prédication ou l'enseignement, d'autres encore avec le charisme de la relation fraternelle, etc... Tout chrétien découvre et reçoit ces appels, mais ils sont particulièrement signifiés dans le cas où cela concerne toute la vie, comme pour le mariage, le sacerdoce, le choix de vivre sous les conseils évangéliques de perfection chrétienne dans l'obéissance, dans la pauvreté et dans la chasteté. En ce jour, nous prions pour ces vocations spécifiques qui rendent compte d'une façon unique et pédagogique, de la réalité du Royaume et de ses conséquences aujourd'hui.
  • L'Eglise connaît aujourd'hui un développement inouï ; il n'y a jamais eu dans l'histoire de l'Eglise autant de baptisés en même temps sur la surface du globe ! Si bien les besoins récurrents en prêtres se manifestent cruellement en certaines parties du globe où les baptisés croissent. Je pense à l'Amérique, à l'Asie, à l'Afrique. L'Eglise en France traverse une crise de l'engagement. Elle révèle le besoin criant de chrétiens fidèles à la Foi qui manifestent par leur conduite les lois non-écrites et éternelles du Royaume initié par Jésus-Christ. Leur conduite et le besoin des sacrements pour en vivre, est un appel implicite pour que de jeunes hommes se dévouent avec générosité dans le sacerdoce au service de ce "peuple ardent à faire le bien ". Ils trouveront dans le service de la Foi ardente des chrétiens une joie à nulle autre pareille.
  • L'Eglise de France a besoin aussi de jeunes femmes qui consacrent leur vie de façon prophétique au service des personnes âgées, ou au service des familles qui sont sur le point d’accueillir une nouvelle vie. Les orientations générales de la société française ne laissent pas de doute sur la nécessité pour l'Eglise de se positionner sur ces sujets de façon prophétique afin de témoigner de la dignité éminente de tout être humain créé pour connaître et aimer Dieu. Ces charismes sont déjà présents en France même si le nombre de personnes consacrées est infime compte tenu des besoins, mais je vois aussi de nouveaux besoins dans la catéchèse.
L'Eglise en France a besoin d'hommes et de femmes consacrés à l'annonce de l'Evangile par l'éducation, la catéchèse, et la présence ordinaire dans la vie des personnes dans le cadre rassembleur des paroisses. Le Christ est le même hier, aujourd'hui et demain, puisqu'Il est vivant et avec nous jusqu'à la fin des temps. Il n'y a pas à hésiter, le temps est favorable !
Dans la paroisse nous prions régulièrement pour les vocations, en particulier lors de la journée d'adoration du Saint-Sacrement qui est hebdomadaire. Nous faisons attention aux jeunes qui s'engagent dans des lieux où les vocations peuvent naître; les servants d'autel, le scoutisme, les w-e de discernement pour les lycéens et étudiants, ou lors des camps d'aumônerie où la question de la vocation est évoquée comme un des éléments ordinaires de toute vie chrétienne où l'Esprit-Saint agit, et attend notre réponse !
Les familles chrétiennes en France, ont parfois du mal à considérer que leur enfant puisse s'engager dans une vocation spécifique. Je crois que c'est souvent lié à une pratique tiède de la Foi. Elles n'ont peut-être pas compris que " Dieu n'enlève rien, mais donne tout " (Benoit XVI). Ce faisant, elles pourraient priver leur enfant d'un chemin avec le Seigneur où la Joie est omniprésente, avec les sacrifices correspondants, comme tout chemin dans la Foi ! Qu'un enfant reçoive cet appel de Dieu est un cadeau, une grâce que Dieu fait à toute l'Eglise. Et la récompense est à la hauteur de ce que l'Esprit-Saint nous promet, la vie éternelle et la joie de participer à l'avènement du Royaume. Les paroles de Jésus sont toujours actuelles ; après avoir assumé les souffrances de la Passion, le reniement de ses disciples, l'abandon dans le tombeau et être ressuscité,

Il nous dit  " n'ayez pas peur ! ".

Aucun commentaire:

Publier un commentaire