mardi 19 mars 2013

Le Pape est notre Père et nous sommes l’Eglise !

 Mercredi soir, il est 18h40, je vais prier. 

 En me mettant en présence du Seigneur, je me permets de le prévenir délicatement : « Bon, s’il y a la fumée blanche, j’y cours. Mais a priori, tout le monde dit que c’est trop tôt. Donc nous sommes tranquilles pour une bonne demi-heure ».

 Mais vers 19 heures, j’entends des cris dans le couloir ! « Merci Seigneur » ! Et tout le monde, se rue hors du séminaire, qui à vélo, qui en courant – même ceux qui ne courent jamais – qui en voiture… Ceux qui rentrent à peine, comprennent vite et repartent aussi vite. Les visages sont joyeux, criants de joie. 


 Arrivé sur la place saint Pierre, j’ai semé mes amis : tout le monde se rue en avant. Nous savons que nous avons le temps, mais que peut-on y faire ? C’est notre Père et nous sommes l’Eglise. Une fois sur place, étant seul, j’arrive à me faufiler bien devant. Pour retrouver d’autres déjà là. Quel enthousiasme, on s’embrasse, on parle allemand, italien, espagnol, français, anglais… Chacun a l’impression de connaître son voisin depuis toujours : nous sommes frères. 




 Quand il est 20h15, il commence à y avoir du mouvement au balcon. Sort le cardinale prodiacre, quelle émotion, quelle attente. Et en même temps, peu importe, nous l’aimons déjà. « (…)domine Georgio Maria »… qui cela peut bien être ? « cardinalem Bergoglio » !

Pape François - DPTN - Habemus Papam - prêtres - Rome
Habemus Papam ! 
 Et une immense clameur sort de la foule. Et les questions : qui est-ce ? Italien ? Non ! Il est de Buenos Aires. Les italiens râlent un petit peu… « qui sibi nomen : francescus » : autre explosion de joie, accolades et pleurs. Et cela convient d’avantage aux italiens ! Mais quand va-t-il sortir ? Enfin, le rideau s’ouvre, la croix passe et le voilà : voilà le visage de notre Pape, les mots qu’il nous adresse surprennent la plupart autant que ce « non-papabile » -ah ! comme nous oublions souvent que l’Esprit souffle où il veut.




Par Paul-Marie, séminariste à Rome.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire