vendredi 29 mars 2013

Vendredi Saint - Simon de Cyrène


Merci, Simon !


« Les soldats l'obligèrent à porter la croix de Jésus » (Mc 15,21). Dans le chemin du Calvaire, constatant l’extrême faiblesse du condamné, les romains ont besoin d’aide. Ils réquisitionnent un inconnu robuste, Simon de Cyrène, qui deviendra universellement connu et vénéré. Lui, qui n’a eu le choix que d’obéir, devient le premier à avoir appliqué à la lettre un précepte majeur de Jésus : le suivre en portant la croix.

Saint Josémaria voyait une référence pour le chrétien, dans son effort quotidien : « Nous ne portons plus n’importe quelle croix, nous découvrons la Croix du Christ avec, en plus, la consolation de constater que le Rédempteur se charge d’en supporter le poids. Nous collaborons comme Simon de Cyrène, qui se vit obligé de prêter ses épaules pour aider Jésus, alors qu’il revenait de travailler son champ et pensait à un repos mérité » (Amis de Dieu, n° 132).

Simon a assumé une surprise contrariante à plusieurs titres. Il a surmonté la répugnance à se rapprocher d’un malheureux, la lourdeur de la tâche, les moqueries de la foule. Sans attendre aucune récompense, il a prêté ses forces à un condamné à mort.

Vendredi Saint - Croix - DPTN - Simon de Cyrène - Christ
Vendredi Saint - DPTN
Mais la proximité de Jésus a permis à Simon de ressentir la compassion. En admirant la mansuétude du roi des Juifs écrasé, il entrevoit la sainteté du Messie.

Le cœur de Jésus n’a pas été insensible à son serviteur d’une heure. Le Titien a su surprendre dans un tableau (Madrid, 1547) l’échange perçant des regards. Désormais Simon  voit autrement le supplicié, tandis que Jésus touche l’âme de l’étranger devenu ami.



« Être volontairement le Cyrénéen du Christ, accompagner d’aussi près son Humanité souffrante, réduite à une loque, n’est pas un malheur pour une âme aimante, mais lui apporte la certitude de la proximité de Dieu qui, par ce choix, la bénit »  (ibidem).

Si Marie et Jean, en arrivant au Calvaire, ont croisé Simon, de retour chez lui, ils ont dû lui adresser une parole de reconnaissance. Le cœur de Simon, déjà préparé par le regard paisible du Seigneur, a été comblé par la reconnaissance de Marie.

Abbé Fernandez.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire