mardi 7 mai 2013

L’aimant d’En Haut


DPTN - Ascension - ChristMarie, onze apôtres et de nombreux anges, dans la fresque de Giotto (Padoue, 1305), sont témoins de l’Ascension ; comme dans une poussée entraînante, mains et regards sont tournés vers le haut. Le Ressuscité ajoute un insigne à son Nom : « l’Héritier universel » (Hébreux 1, 2).
 
Le Fils fait homme, accueilli dans le giron du Père, partage sans limite ses biens infinis. Honoré au ciel pour toujours, « il est le Seigneur qui règne désormais avec son humanité dans la gloire éternelle de Fils de Dieu » (Compendium du Catéchisme, 132).

« Là où le chef a passé, il faut que passent les membres » (saint Thomas d’Aquin, Somme de théologie, III, q. 57, a. 6). Le Christ guide notre pèlerinage, préside chacun de nos pas vers la vie éternelle. Un lien théologal nous relie à lui.
Saint Paul marque le ton de la marche : « Cherchez les choses d'en haut, où Christ est assis à la droite de Dieu » (Colossiens 3, 1). « Élevons notre cœur ! », invite la liturgie eucharistique. Dans l’une de ses homélies pour la fête, saint Augustin encourage : « Montons avec lui ! … Hausser le cœur sans lui, c’est de l’orgueil ; hausser le cœur vers lui, c’est un refuge » (, Sermon 261 §1).

La vie du chrétien est une montée ardue, mais non solitaire. Le Sauveur guide les cœurs par l’inhabitation et les inspirations du Saint-Esprit, par la Parole efficace et les sacrements.
Jésus soutient et pousse. La boussole de notre chemin est bien orientée, par cet aimant divin ; « l’ancre » (Hébreux 6, 19) de notre salut est bien accrochée au port définitif. Le cœur croyant ose suivre le regard : la porte de la foi conduit à la porte du ciel.


Dans l’Ascension, le Christ tire de ses membres vers le haut. Par la conversion, par la prière et la charité, son élan rédempteur se poursuit  sur terre.
Le Sauveur attire à lui toute personne et, par elles, toute chose. « Si vous êtes mes témoins lorsque vous accomplissez votre devoir de chaque instant, grand ou petit, alors j'attirerai tout à moi (Jean 12, 32) et mon royaume parmi vous deviendra une réalité », assure saint Josémaria (Quand le Christ passe, §183).
Un antique ivoire italien montre la droite du Père qui accueille le Fils bien aimé. Les deux mains se resserrent et nous halent. « Grâce à lui, les uns et les autres, dans un seul Esprit, nous avons l'accès auprès du Père » (Éphésiens 2, 18).

Par l'abbé Fernandez.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire