jeudi 4 juillet 2013

Je suis le plus petit des apôtres

Le passé de Paul


De grands témoins accompagnent notre chemin dans l’année de la foi. La solennité des apôtres Pierre et Paul marque, avec leur sang, un sommet de témoignage. Associés de bonne heure dans le martyre, à Rome, ils soutiennent, comme des colonnes inébranlables, l’Église de tous les temps.

Deux vies qui, malgré l’itinéraire différent, montrent à l’unisson la fécondité de la grâce. Deux exemples de conversion et persévérance. « Courage ! Tu en es capable. — Ne vois-tu pas ce que la grâce de Dieu a fait de ce Pierre somnolent, renégat et lâche…, de ce Paul persécuteur, haineux et obstiné ? » (saint Josémaria, Chemin, 483).

Saint Paul - Apôtre - Eglise - Conversion - DPTN
 
Une splendide toile du Parisien Laurent de La Hyre fut offerte à la cathédrale Notre-Dame pour le 1er mai de 1637 : La Conversion de Saint Paul. La gestuelle baroque montre le vif dialogue entre le Rédempteur et le persécuteur surpris. 


Paul a médité souvent son passé, plus qu’imparfait, enfin guéri par la miséricorde divine ; dans plusieurs lettres il évoque avec émotion ses égarements : « Autrefois je persécutais à outrance l'Église de Dieu et je m'acharnais contre elle » (Galates 1, 13).




Paul n’a pas oublié le contraste entre son passé misérable et la révélation inattendue de Jésus vivant : « Il m'est aussi apparu, à moi l'avorton » (1 Corinthiens 15, 8), « le premier des pécheurs » (1 Timothée 1, 15). À la lumière de ces faits, il peut mieux cerner la générosité du Sauveur.

L’épisode de conversion configure toute sa vie fidèle. Sans déprécier les dons reçus, l’Apôtre s’admire toujours de l’amour du Christ : « Ce que je suis, je le dois à la grâce de Dieu » (1 Corinthiens 15, 10) :. « Notre Seigneur m'a jugé digne de confiance en me prenant à son service » (1 Timothée 1, 12).

En pensant à ses frères, il se reconnaît privilégié par la surabondance de la grâce : « S'il m'a été fait miséricorde, c'est afin qu'en moi, le premier, Christ Jésus démontrât toute sa générosité, comme exemple pour ceux qui allaient croire en lui, en vue d'une vie éternelle » (1 Timothée 1, 13).

Il n’hésite pas à dévoiler ses sentiments à ses disciples. « Je suis le plus petit des apôtres, moi qui ne suis pas digne d'être appelé apôtre parce que j'ai persécuté l'Église de Dieu » (1 Corinthiens 15, 9). Sans détours, il avoue : « Moi, qui étais auparavant blasphémateur, persécuteur et violent » (1 Timothée 1, 13).

Le chrétien considère ces circonstances avec admiration. Elles éclairent aussi la charité et la compréhension à déployer dans la nouvelle évangélisation, quand nous rencontrons des âmes égarées. « C’est vrai qu’il fut pécheur. — Mais ne porte pas sur lui ce jugement irrévocable. — Aie le cœur miséricordieux, et n’oublie pas qu’il peut encore devenir un saint Augustin, alors que toi tu restes un médiocre »
(saint Josémaria, Chemin, 675).


Par l'abbé Fernandez.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire