samedi 1 février 2014

Sainte Vierge des vierges

 

Riches d’évocations, les litanies de Lorette égrènent des compliments à Marie. Les premières, après l’invocation trinitaire, plantent le décor de louange : « Sainte… Sainte… Sainte… ». La Toute Sainte mérite bien ce « trisagion » : à la gloire multiple de son nom, de sa maternité divine et de sa virginité. Presque comme un portrait de Marie de Nazareth : comblée de grâce dans l’intimité de sa personne, féconde dans la maternité, rayonnante dans le don du cœur et du corps.

« Sainte Vierge des vierges » : la sainteté, trésor de charité envers Dieu et le prochain, est ainsi associée à sa virginité, don de soi exclusif en vue de l’Incarnation du Verbe. Marie réunit les deux prérogatives à un degré « éminent et singulier » (Concile Vatican II, La lumière des nations §63). La Liturgie des Heures l’atteste : sainte, parce que dans l’assemblée des élus, elle a été « la seule à être rehaussée en dessous de  Dieu » (saint Pierre Damien, Hymne pour l’Assomption) ; vierge, parce qu’« on n’y a jamais trouvé de précédent, ni à l’avenir aura-t-elle de pareille » (Sedulius, Chant pascal 2,69). Enfin depuis le moyen âge, une antienne majeure, ajoutée dans l’expectation de Noël en Angleterre, l’acclame avec ce superlatif délicat : « Ô vierge des vierges ! ».  

La plénitude de grâce de Marie est une donnée imprescriptible de foi ; de plus, sa virginité, prémices de la Nouvelle Alliance, est professée dans les anciens Symboles. La sainteté de Notre Dame est surtout honorée par les solennités de l’Immaculée Conception et de l’Assomption, ou par la mémoire de son Saint Nom. Sa virginité est davantage mise en valeur dans les dates de l’Annonciation, de la Maternité divine ou encore, en filigrane, dans la Présentation du Seigneur (Saint Siège, La piété populaire et la liturgie, §122).

Quarante jours après Noël, « le Messager de l’Alliance, que vous désirez » (Malachie 3,1) arrive pour la première fois au temple de Jérusalem ; la Cité sainte, Épouse du Messie, jubile à la rencontre du Rédempteur. « Sion, toi qui attends le Seigneur, orne ta demeure nuptiale » (Pierre Abélard, Hymne pour la Purification). À son tour, la fiancée royale, Sainte Vierge des vierges, porte l’Offrande du sacrifice qui renouvellera l’Alliance. 

Présentation au temple - Sainte Vierge - DPTN - Homélie
 
L’huile sur bois de Gérard David (1509), La Vierge entre les vierges, offerte par l’auteur aux carmélites de Bruges, a reçu les honneurs de la cimaise au Musée de Beaux Arts de Rouen. Dans une composition orante et empreinte de majesté, l’Enfant tient une grappe, que Marie partage : un signe de la grâce, du « vin nouveau qui réjouit les vierges » (Zacharie 9,17). L’amour rédempteur est source de la charité, qui soutient la fidélité des vierges : de celles qui ont reçu, comme la Vierge souveraine, le don de l’amour sans partage.

Marie a accompli la charité de son Fils dans sa maternité sainte et virginale. « Il n’est pas possible de séparer la pureté, qui est amour, de l’essence de notre foi, qui est charité, sursaut d’amour sans cesse renouvelé pour Dieu, qui nous a créés, nous a rachetés et nous prend continuellement par la main » (saint Josémaria, Amis de Dieu §186). La virginité rend plus visible l’image du Christ, de l’Église et du Royaume définitif des cieux. Sainteté et virginité s’embrassent dans le cœur féminin de Marie, placé dans la clé de voûte de la Cité céleste                                                                                                             

Par l’abbé Fernandez.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire